2017

Centrales électriques à biomasse en région PACA

Quel avenir pour nos forêts ?

photo J.Tron
photo J.Tron

En février , Jérôme Tron, du collectif SOS Forêts du Sud faisait une conférence à Barjols sur le thème : "Les centrales électriques à biomasse : quel avenir pour nos forêts en région PACA ?" Un avenir inquiétant quand on découvre leur fonctionnement...

Centrales électriques à biomasse : quel avenir pour nos forêts en région PACA ?
diaporama de Jérôme Tron lors de la conférence à Barjols en février 2017
Présentation Biomasse UBAT 3-2-2017.pdf
Document Adobe Acrobat 1.9 MB

Sur le même thème :

SOUS COUVERT D'ENERGIE VERTE  LA MARCHANDISATION DE NOS FORETS

"Les forêts précèdent les hommes, les déserts les suivent" (Chateaubriant) photo D.Lesoil
"Les forêts précèdent les hommes, les déserts les suivent" (Chateaubriant) photo D.Lesoil
Jérôme Tron à Barjols
Jérôme Tron à Barjols

La centrale électrique de Brignoles a ouvert ses portes en juin 2015. Celle de Gardanne ne va pas tarder. Deux usines prévues pour consommer au total un million de tonnes de bois par an. Une énergie considérée comme renouvelable, donc  subventionnée.

Implantées au coeur de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, 2ème région forestière de France, elles font déjà le bonheur de certains propriétaires et exploitants forestiers, pour lesquels elles représentent un débouché providentiel. Une aubaine susceptible de faire disparaitre toute préoccupation de gestion durable de ce précieux patrimoine.

"Quel avenir pour nos forêts?", interrogeait Jérôme Tron du "Collectif SOS Forêts du Sud", en ce début février 2017, lors d'une conférence à Barjols.

De fait, leur marchandisation a commencé... Lire la suite

"Menaces sur la forêt française" film documentaire de Benoit Grimont et Samuel Luret :" La transition énergétique est-elle synonyme de transition écologique ? Pas si sûr… Ce documentaire analyse l’impact qu’aura le développement de l’électricité biomasse sur les forêts, en France et dans le monde..."

Gardanne : annulation de l'autorisation d'exploitation de la plus grande centrale biomasse de France

 

Le tribunal administratif de Marseille qui vient de prendre cette décision a estimé que l'exploitant, le groupe allemand Uniper, n'avait pas suffisamment évalué son impact sur les forêts du Sud-Est.

franceinfoPACA le 8 juin 2017

DERNIER REBONDISSEMENT : LE CHANTAGE AUX SUBVENTIONS

 

En juin 2017, le tribunal administratif de Marseille, saisi en 2015 par les PNR du Luberon et du Verdon, ainsi que des collectivités locales et environnementales, rend son verdict, leur donnant raison : l'étude d'impact réalisée uniquement sur les communes limitrophes, est insuffisante. Le permis d'exploitation est annulé, et une nouvelle étude doit être effectuée, portant sur les communes se trouvant dans la zone de prélèvement du bois, soit 400 kms à la ronde. Dès le lendemain, le préfet Stéphane Bouillon, accorde une autorisation temporaire d'exploitation à EON, qui fait appel... ainsi que le ministère de la Transition écologique. De son côté, le président de région, Renaud Muselier, publie aussitôt un communiqué : «  Il va de soi que nous ne pourrions pas continuer à accompagner des structures qui prendraient une position contraire à celle de la Région sur un projet d’une telle importance pour notre avenir collectif. Il est temps que chacun se ressaisisse et comprenne que l’écologie n’est ni une doctrine ni une idéologie, mais doit être mise au service de l’économie pour faire de la croissance verte un atout et faire gagner la France.  »

 

Le 29 septembre 2017, les deux PNR signent un accord avec EON et la Région, renonçant à toute action en justice.

 

Le nouvel accord est prévu sur une durée de 3 ans. Le plan d'approvisionnement porte sur la région PACA et Languedoc-Roussillon, soit un rayon de 250 kms. Durant les 10 premières années, 55% du bois sera importé, d'Espagne et du Brésil. "Rassurez-vous, ce n'est pas du bois issu de la déforestation, mais de plantations d'eucalyptus certifiées", explique Jean-Michel Trotignon, chargé des relations institutionnelles pour UNIPER France. "Une monoculture d'eucalyptus qui accueille des plants transgéniques, qui s'est faite sur une partie de l'Amazonie déforestée et sur la destruction de la savane du Cerrado" . (Reporterre- Face au chantage aux subventions, les parcs régionaux acceptent la centrale de Gardanne. 4/10/2017). Comme quoi on peut faire confiance à l'assurance de "bonnes pratiques" d'UNIPER.

sotie printemps OPIE photo Eric Renoult
sotie printemps OPIE photo Eric Renoult