2017

Une antenne Free à Sillans

Réunion d'information du 23 octobre 2017 à Sillans
Réunion d'information du 23 octobre 2017 à Sillans

 Il y a quelques mois l'opérateur de téléphonie Free a sollicité la commune de Sillans-La-Cascade afin d'installer une antenne-relais de 15 mètres de haut à proximité du parking de la cascade, sur un terrain communal. Interpellé par l'Association Sillanaise de Protection de l'Environnement (ASPE) et par les habitants du village, la mairie a annulé le permis de construire attribué à Free car la procédure habituelle de concertation n'avait pas été respectée. Lors d'une réunion publique au Bastidon le 23 octobre, le maire a accepté de rediscuter la pertinence de l'emplacement de l'antenne.

M.Apostolo président de l'ASPE et Bernard Fontaine de l'association de Défense des Consommateurs de Brignoles
M.Apostolo président de l'ASPE et Bernard Fontaine de l'association de Défense des Consommateurs de Brignoles

Nous sommes toutes et tous conscients que le téléphone portable fait partie des outils qui pour certains sont indispensables et pour la majorité des personnes habitant Sillans, nécessaires.


Néanmoins, l'implantation d'une nouvelle antenne-relais de l'opérateur Free pose question et ce à plusieurs égards :
La proximité d'antennes-relais est dangereuse : de nombreuses études et institutions se rejoignent pour dire que les ondes électromagnétiques ont un effet nocif sur la santé. Par exemple, à Marseille ou en région parisienne, SFR et Bouygues Télécom ont été condamnés à démonter des antennes en raisons des risques encourus pour la santé. Le principe de précaution doit s'appliquer quand on connait la dangerosité de certaines technologies. Pourquoi les opérateurs ont l'obligation de respecter un périmètre de sécurité autour des écoles, des crèches, des hôpitaux et des maisons de retraites mais installent des antennes à proximité d'habitations ? Ne reproduisons pas les erreurs de l'amiante dont on a sous-estimé les méfaits pendant 20 ans et qui a causé de nombreux décès.
L'emplacement choisi pour l'antenne n'améliorera pas la couverture pour une grande partie des habitants : Comme l'antenne de Bouygues Télécom qui ne dessert que le territoire proche de la cascade, l'antenne Free ne couvrira qu'une petite partie de la commune de l'aveu même du représentant de l'entreprise présent lors de la réunion du 23 octobre. Et en plus, les maisons à proximité sont sur-exposées aux ondes ! Quels intérêts sert cette antenne sinon ceux de Free ?

Après une première réunion publique, à la demande d'habitants et de notre association et avec un représentant de FREE, le permis de construire ayant été annulé par le maire, une deuxième réunion a eu lieu le 27 novembre afin d'essayer d'évaluer quels sites seraient propices à l'installation d'une antenne qui soit inoffensive pour les habitants et permette à un plus grand nombre d'accéder au réseau. Trois sites ont été retenus qui seront proposés à FREE. Plusieurs études montrent néanmoins que plusieurs petites antennes auraient moins de conséquences sur la santé. A priori le coût n’est pas plus élevé pour l’opérateur.
Nous avons contacté le CRIREM (Centre de Recherche et d'Information Indépendant sur les Rayonnements Electro Magnétiques non ionisants), association de chercheurs spécialisés dans les ondes électromagnétiques afin d'en savoir un peu plus sur les ondes que nous subissons en rapport avec la puissance des antennes. Nous avons demandé au maire de financer des mesures sachant que l'Union Européenne recommande une exposition maximum de 0,6V/m. Plusieurs études montrent que plusieurs petites antennes auraient moins de conséquence sur la santé et à priori le coût ne serait pas plus élevé pour l’opérateur.

sotie printemps OPIE photo Eric Renoult
sotie printemps OPIE photo Eric Renoult